Officiers du 1er R.I. arrêtés par la Gestapo

Les officiers du 1er R.I. qui furent arrêtés par la Gestapo :

– Les chefs de bataillon :
de Brantes à Paris – déporté;, non rentré
Duchatelet – massacré entre Paris et Lille ?
Rauscher à Saint Amand – déporté, non rentré
Sinais – déporté, non rentré
– Les capitaines :
Bonnichon à St Florent – déporté, rentré
Mercier à Paris – déporté rentré
– Les lieutenants :
Dardenne à Paris – déporté rentré
Longchamp – déporté, rentré
Mourot à Paris – déporté, rentré
– Le sous-lieutenant :
Massicot à St Florent – déporté, non rentré

Lt Colonel Joseph DUCHATELET : suite à des recherches faites par sa famille, il serait mort à Fresnes au cours d’interrogatoires,

il est entré à Fresnes mais rien n’indique qu’il en soit sorti.

ST Amand le 28 juin 1942, remise du fanion du 3ème bataillon au commandant DUCHATELET

par le GÉNÉRAL FRÈRE.

duchatelet

Lieutenant Colonel Pierre Rauscher

Le Lieutenant-colonel Pierre Rauscher
13 juillet 1899-22 avril 1945Pierre RAUSCHER

Fils du général Edouard Rauscher, Pierre Rauscher est né à Saint-Dié le 13 juillet 1899. Il effectue sa scolarité au Prytanée militaire de La Flèche où il acquiert, en vrai « brution », les vertus et le caractère qui feront de lui un officier exemplaire.
Il y préparait l’entrée à Saint-Cyr lorsque survient la Première Guerre mondiale. Appelé sous les drapeaux en avril 1918,
il est adjudant au 30e bataillon de chasseurs à pied lorsqu’il intègre la promotion de la  « Victoire » à Saint-Cyr le 3 novembre 1919 et sort quatrième sur 166.
lIl fait campagne au Levant, puis de 1926 à 1932, il est lieutenant instructeur à l’ESM de Saint-Cyr. Affecté au 6e BCA, il est promu capitaine en 1933.
En décembre 1936, il est fait chevalier de la Légion d’honneur. Diplômé de l’école
de guerre en juillet 1939, il participe à la désastreuse campagne de France et se bat sur la Somme sans jamais désespérer. Après l’armistice, il est affecté à Toulouse qu’il quitte en juillet 1942 pour rejoindre le ler RI à Saint-Amand, où il prend le commandement du 3° bataillon en septembre. Taille moyenne, très jeune d’allure, sec, joues creuses pommettes saillantes, lèvres minces, front largement découvert, yeux bleus perçants, le commandant Rauscher est aussitôt adopté par ses pairs et ses subordonnés à qui il montre la voie à suivre. Il prend la mesure de son bataillon en un temps record.
« Dès que nous fûmes démobilisés, le commandant se lança à corps perdu dans la résistance.
Tous sentaient chez lui la haine du Boche et les anciens du 3ème bataillon se souviennent de son attitude lors des évènements de novembre 1942 où la rage au cœur, il dut rendre nos armes.
La démobilisation ne le décourage pas. Il accomplit en quelque temps une œuvre
sociale gigantesque. Par tous les moyens, il maintient l’unité de son bataillon, lutte contre la déportation, place ses hommes et ses cadres dans différents emplois de la
région, dans les fermes,
les forêts, en mairie, à la préfecture et même au STO. Il régularise leur situation en
leur fournissant des cartes d’identité et d’alimentation. Des secours sont accordés à des camarades nécessiteux et le colis mensuel parviendra régulièrement aux prisonniers du ler RI. Tous les lundis, il préside une réunion de ses cadres, où, dans une atmosphère de camaraderie, nous découvrons sa simplicité, son intelligence, son dévouement dans
ses discussions, dans ses actes. Il nous apprend à aimer la France comme on chérit un grand blessé, il exalte notre patriotisme jusqu’au fanatisme et avec lui, nous jurons de tout faire pour aider au redressement du pays par les armes et dans la paix. »
Le commandant Rauscher reconstitue son 3ème bataillon à 4 compagnies dont les éléments sont répartis sur le quart du département du Cher. Une mission est confiée à chacun : les uns forment les groupes, les sections, les compagnies, d’autres sous sa direction procèdent à l’organisation délicate du front  intérieur. Payant toujours de sa personne, il est partout. En mars 1943, il organise les premières équipes secrètes et les instruit en vue des prochains parachutages d’armes.

Le Lieutenant ColoneL Pierre Rauscher

Il met sur pied le système de camouflage des dépôts. Le 18 avril suivant, il participe au premier parachutage. Il prendra toujours sa part de tous les dangers : transports, camouflages, dépôts, liaisons… « Le chef paie d’exemple » disait-il. Mais, bientôt, la milice le soupçonne, la Gestapo le surveille. Avec l’aide de son infatigable second, le lieutenant Dardenne, il poursuit son oeuvre, déroute l’ennemi, déjoue la surveillance et déplace à plusieurs reprises le matériel.

« Le commandant Rauscher se savait surveillé, mais il n’en continuait pas moins son travail avec une sérénité, un calme, un entrain, qui faisaient notre admiration, non sans nous inquiéter un peu et, à nos conseils de prudence, il répondait : J’accorde a priori ma confiance à tous, tout en restant vigilant. Je ne la retire qu’à l’expérience. » Mais l’inéluctable survient et, le 10 décembre 1943,au petit matin, trois voitures de la Gestapo s’arrêtent devant son domicile. Il est arrêté par Paoli le gestapiste français d’Aubigny-sur-Nère, devant son épouse et ses deux plus jeunes enfants. Pierre Rauscher est aussitôt incarcéré au Bordiot, à Bourges. Constamment interrogé et torturé par Paoli, bien que sachant tout, il ne révèle rien.

Comme beaucoup de détenus, il est réconforté par l’infirmier allemand Alfred Stanke, le  » franciscain de Bourges « .

Le 9 avril 1944, il est transféré à la prison allemande d’Orléans, puis il est déporté en Allemagne via le camp de Compiègne. Le 7 juin 1944, il arrive au camp de concentration d’Orianenburg-Sachsenhausen dans le même wagon que le capitaine Bonnichon et, il est détaché au commando  » Falkensee  » pour travailler à l’usine Dernag.

Il y est très gravement blessé au bras et évacué sur l’infirmerie du camp où un médecin français soigne son bras et lui sauve la vie en l’incitant à faire de petites corvées avant la cicatrisation totale de sa blessure.

Il est promu lieutenant-colonel au mois de décembre 1944. Début février 1945 il est transféré au petit camp de Buchenwald. Le 8 avril, devant l’avance américaine, le camp est évacué sur celui de Flossenburg, atteint après plusieurs jours de marche et des pertes énormes. Il y reste quatre jours, et le 20 avril, très fatigué, il repart à pied au milieu d’une colonne de 22000 déportés vers la frontière tchèque. Il y est aperçu,

exténué, le 22 avril après-midi ; mais le 23, lorsque les Américains délivrent les 7000 survivants de la « colonne de la mort », près de Wetterfeld, il n’est pas retrouvé par ses camarades français.

Le 1er septembre 1945 il est nommé officier de la Légion d’honneur avec attribution de la croix de guerre avec palme et la citation suivante :

 » Dès la dissolution de l’armée a organisé la résistance de son bataillon. Grâce à son ascendant, a réussi à maintenir sur place une grande partie de ses cadres et de sa troupe. A camouflé des armes, du matériel, des vivres. A conduit les équipes de parachutages. Arrêté par la Gestapo en 1943, a été déporté en Allemagne. Son bataillon est demeuré dans la résistance et, dès août 1944, s’est retrouvé, complet, armé et prêt à l’action. Au cours de ses interrogatoires, n’a fourni aucun renseignement à l’ennemi.  »

En octobre 1945, porté disparu, la médaille de la Résistance avec rosette lui est décernée. Le colonel Bertrand, pour sa part, l’a cité dans les termes suivants :

 » Officier remarquable par ses qualités de soldat et de chef. A forcé l’admiration de la Gestapo elle-même par la dignité de sa tenue, tout comme il avait su forcer l’attachement de ses hommes et de ses cadres. Un an après sa dissolution, son bataillon avait gardé une âme et un corps.

A été stoïque dans la difficulté, tout autant qu’il avait été humain dans son commandement et ferme dans sa volonté de résister.

A été la pièce essentielle sur laquelle s’est appuyé le 1er RI pour vivre malgré sa dissolution. Doit prendre, une fois l’armée reconstituée, le commandement de ce régiment. »

Soyez fier, colonel Rauscher ! Votre oeuvre n’est pas demeurée vaine, c’est vous qui avez regroupé tous ces jeunes, c’est votre exemple qui les a guidés, c’est votre foi que vous leur avez communiquée. Ceux qui ont appris à servir sous vos ordres ne vous oublient pas. »

attachement de St Amand à « son » régiment

le 1er R.I. stationné à Cambrai (Nord) était en première ligne pour affronter l’offensive allemande du 10 mai 1940.

Après avoir vaillamment défendu Lille et Dunkerque les rescapés se sont retrouvés dans le sud de la France.

Le 25 juin, Hitler fixe les conditions d’une armistice :

– 1 – Alsace-Lorraine annexée

– 2 – Ardennes (avec son minerai), Nord (avec sa houille) rattachés à la Belgique gouvernée par un gauleiter.

– le reste de la France partagé en 2 zones : 2/3 occupés et 1/3 dit libre.

ST AMAND MONTROND est en zone libre.

– 3 – Hitler autorise dans cette zone libre une armée de 100.000 hommes en maintien de l’ordre.

Le 1er R.I. sera réparti sur St Amand Montrond, Dun-sur-Auron et Issoudun.

L’arrivée de ces militaires (sonnés par la défaite, originaires du Nord, d’Alsace, sans nouvelle de leur famille) à St Amand Montrond qui n’a jamais été ville de garnison, va rencontrer beaucoup de compréhension.

Les officiers et sous officiers seront logés chez l’habitant, la troupe dans les annexes des hôtels restaurants, bâtiments industriels, etc.. en attendant la construction de baraquements :

– le camp T 1 qui deviendra la base du Lycée Jean Guéhenno

– le camp T 2 an nord du stade Gesset

Des mariages vont se concrétiser dans le boischaut.

Des jeunes berrichons vont s’engager

Des 1er R.I. vont nous sortir des joueurs de foot de talent qui vont nous renforcer.

La musique va faire son apparition, du classique avec le Lieutenant DALENNE qui deviendra commandant de la compagnie de la C.H.R. (Compagnie Hors Rangs), et un accordéoniste animera les soirées de bienfaisance.

NOVEMBRE 1942

Le 1er Régiment d’Infanterie est aux ordres du Colonel BERTRAND (alias Benoît dans la résistance)

Le vent souffle, maussade, balayant le Berry. A St Amand Montrond, dans la cour du camp T 2, le 3ème bataillon du 1er R.I. est rangé l’arme au pied. Au milieu une place vide, celle du drapeau. Dès que la menace s’est précisée, il a été mis en sécurité. Le Colonel commandant le régiment arrive, le commandant Rauscher fait présenter les armes et le salue dans un grand silence chargé de tension. Au moment où celui-ci devient intolérable, la musique le déchire : l’ultime coup de panache avant les larmes, la Marseillaise

La dernière Marseillaise sous l’uniforme, puis le refrain du régiment, plus brillant encore puisque c’est l’agonie.  Le chef admire ce bataillon. Il le passe en revue, mais c’est plutôt pour voir encore ces visages de soldat. Tous ont les yeux humides. Alors sont adjoint, dont les mains tremblent, lit l’ordre du jour 86 :

« Pour la première fois, après quatre siècles d’existence, sous le coup d’un sort injuste et indépendant de la fortune de ses armes, le Premier de Ligne doit cesser d’exister. Officiers, sous-officiers, caporaux et soldats qui aviez juré de servir jusqu’au bout sous un drapeau entre tous chargé de gloire, le Colonel partage votre émotion et votre amertume.

Il s’incline devant ses plis.

Autour de lui nous nous rallierons tous au jour de la résurrection que nous savons certain.

Quoi qu’il arrive, restez fidèles au Premier

et vive la France. »

Saint Amand Montrond, le 28 novembre 1942

Dans la nuit du 27 au 28 novembre, sentant venir le danger, le Colonel avait réuni tous les cadres supérieurs, fixé la ligne à suivre pour entrer dans la clandestinité, défini les moyens immédiats de camoufler équipements, armes, vivres et habillement, en prévision de la lutte future.

Cependant, l’essentiel était de sauver l’esprit de corps.

Du contact fréquent entre cadres et troupes dépendait la foi, base de toute action à venir.

A tous ceux qui peuvent rester sur place, on va fournir des emplois, de l’argent, des possibilités de logement et d’alimentation dans l’attente de jours meilleurs. Des places, le colonel en trouve par ses relations. Voici le commandant Rauscher sous la couverture du directeur départemental de la défense passive du Cher. Refusant une situation civile particulièrement brillante, il s’enterre dans cette petite ville du Berry, et apporte à sa Patrie toutes ses qualités d’homme d’action et toute son admirable foi de soldat et d’Alsacien. Que ce soit dans les bourgs ou dans les fermes, tous les hommes du 1er R.I. sont bientôt casés. Des coopératives charbonnières, forestières, agricoles sont créées avec l’aide d’industriels et d’agriculteurs ; ce sont autant de cellules  vivantes du régiment.

Quant à ceux qui rejoignent le Nord, leur pays d’origine, des chefs clandestins partent avec eux qui garderont la liaison avec le cœur du régiment.

L’ennemi assurant un contrôle très strict de l’armement et du matériel reversé, contrôle d’autant plus facile qu’il en possède la situation exacte, il faut jouer avec lui. On maquille les états, on détourne les contrôleurs de leur mission.

L’opération est conduite avec audace par un officie et deux sous-officiers parlant parfaitement l’allemand. Les résultats dépasseront les espérances ; trente deux fusils mitrailleurs, plus de cent pistolets, douze mitrailleuses sont ainsi détournés du contrôle et placés dans des cachettes sûres. Plus de deux mille collections d’effets et de chaussures, trois mois de vivres de réserves, les instruments de musique, les appareils de transmissions, les bicyclettes, les autos disparaissent en une nuit.

Les fermes des environs, les caves des villes, les greniers, les jardins, les souterrains absorbent tout avec un maximum de rapidité ». On camoufle, on enterre, on cache… et le Boche ne voit rien.

Et le Drapeau, où est donc le Drapeau ?

Il a disparu le  premier, chez M. Leroy, un sculpteur saint-amandois. Il va faire le maquis avec nous. Quand le séjour de la ville deviendra intenable, il sera dans le grenier d’un paysan, M.Gibaud, dissimulé par une boîte de fer d’aspect inoffensif.

Plusieurs fois, Vichy le demandera au Colonel : « Il est à ma charge, personne mieux que moi ne saurait le garder. ».

général Roidot

Général ROIDOT
Général ROIDOT

Nous avons l’immense tristesse de vous informer de la disparition du Général de corps d’armée Georges ROIDOT rappelé à Dieu.

le Général ROIDOT était Président d’Honneur de l’association des anciens du 1er R.I. « Berry »

En 1943, le 21 décembre le Général ROIDOT alors sous-lieutenant au 1er R.I. est arrêté par la gestapo au chantier de carbonisation de la forêt de Bornacq (Cher). grâce aux fausses déclarations à la gestapo du sous-préfet de St Amand Montrond René ERIGNAC, obtient d’un commun accord la libération immédiate du sous-lieutenant ROIDOT.

René ERIGNAC était le père du préfet Claude ERIGNAC assassiné en Corse en février 1998.

René ERIGNAC, sous préfet du Cher à St Amand Montrond en 1943
René ERIGNAC, sous préfet du Cher à St Amand Montrond en 1943

Le Général ROIDOT et le Président Nicolas Sarkozy
Le Général ROIDOT et le Président Nicolas Sarkozy

En novembre 2008 le Général ROIDOT avait été élevé à la dignité de grand-croix dans  l’Ordre du Mérite. Il était également titulaire de la croix de guerre 39/45, de la croix de la valeur militaire de la médaille de la Résistance et de la Légion du Mérite (États-Unis). Il était également président de l’association de l’ORA.